Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Des écoles publiques dans la difficulté

  • L'école Valentenouze en difficulté (photo d'archive).
  • L'école Valentenouze en difficulté (photo d'archive).
Le conseil municipal de Champagnole du 27 septembre a évoqué de nombreux points. Morceaux choisis, incluant la création d’un nouveau pôle sportif (construction de deux nouvelles salles) aux Louataux.

Des écoles moins prisées

Les premières indications plutôt encourageantes ont fait long feu, et un mois après la rentrée, il est clair que certaines écoles plongent dans le rouge : Pascal Grenier, adjoint en charge du dossier a évoqué la situation catastrophique régnant à Valentenouze. 61 enfants seulement (pour 3 classes) restent inscrits, les autres ayant migré vers le privé. Une réunion avec Léon Folk, inspecteur d’académie, a été organisée pour évoquer ce problème semble-t-il imputable à une partie du corps enseignant mais le constat est implacable : tandis que le quartier pousse (nouveaux lotissements), l’école se vide (-30% en seulement 5 ans). Du côté de Jules Ferry aussi, l’ambiance n’est pas à la fête : -30% aussi de baisse en 4 ans (107 écoliers en 2018 contre 157 en 2014). « Une perte énorme » selon Pascal Grenier, le spectre de suppression de classe plane pour la rentrée 2019 si la tendance n’est pas inversée…  

Heureusement, les écoles Hubert Reeves (200 élèves contre 186 en 2017) et la maternelle du Boulevard résistent bien (avec une quinzaine d’élèves non prévus de plus dans cette dernière).

Dans la nouvelle école H. Reeves avant Noël

Et les écoliers prendront possession de la nouvelle école Hubert Reeves « fin novembre ou au plus tard début décembre » a précisé le maire Guy Saillard. Le déménagement complet se passera sur un laps de temps très court : « entre un mercredi et un samedi » a-t-il précisé.

Un impératif compte tenu du contexte : deux malfaçons sont apparues à l’issue des travaux a rappelé Clément Pernot, président de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CCCNJ). Des fissures dans les sols « qu’on n’accepterait pas chez soi » et une malfaçon dans le goudron de la cour : les travaux de réparation n’étant peut-être pas finis pour les vacances de la Toussaint, et les vacances de Noël posant un problème de personnel municipal (sous-effectif), une solution intermédiaire a donc été retenue.

Les jours ouvrables concernés (un jeudi et un vendredi), les enfants seront accueillis par un accueil périscolaire surdimensionné, qui pourrait en profiter pour initier une « classe découverte » si la météo est favorable. Pascal Grenier a également précisé que le passage des quatre écoles aux quatre jours ouvrés n’avait pas posé de difficultés majeures : la concertation a été de mise pour le changement d’emploi du temps interne à Champa’loisirs et pour les ATSEM.

Un nouveau pôle sportif cohérent et polyvalent

Au centre aquatique et aux stades s’ajouteront à terme deux nouvelles salles aux Louataux : c’est l’annonce faite par le maire Guy Saillard au terme d’une réflexion d’ensemble. La première, destinée à remplacer la salle Léo Lagrange vieillissante (cinquantenaire), sera une belle salle destinée entre autres aux compétitions : parquet, tribunes de 400-500 places, etc.

La seconde sera plutôt dédiée aux entraînements, mais comprendra quand même une petite tribune pour permettre aux compétitions juniors d’accueillir du public. Selon la norme actuelle, ces salles pourraient être divisées en deux parties : l’une pour les sports collectifs, l’autre pour les sports individuels. La salle Léo Lagrange restera néanmoins opérationnelle pour héberger des sports nécessitant de la place (tir à l’arc, tir sportif, etc.).

Le montage financier sera optimisé grâce à un contrat de territoires à venir entre CCCNJ et la région Bourgogne Franche-Comté. Ce projet donnera également la possibilité de poursuivre la restructuration urbaine et de libérer du foncier pour le développement de l’habitat ou de services à l’intérieur de la ville :

« On ne fait plus rien (au niveau sportif N.D.L.R.) du stade Léo Lagrange » a confié Guy Saillard tout comme d’ailleurs le stade Socié, mais ce vaste espace pourrait être urbanisé (comme les anciens stades de la Champagnolaise et l’annexe de Léo Lagrange). « La ville coincée entre la RN5 et l’Ain n’est pas extensible à l’infini » a-t-il conclu.

L’aménagement urbain pourrait aussi à terme comprendre une nouvelle route d’environ 400 mètres entre le rond-point du centre aéré et les Louataux : outre la desserte du pôle sportif, cela « éviterait aux bus du collège de passer au centre-ville » a précisé Guy Saillard en réponse à Jean-Louis Duprez, conseiller municipal d’opposition, qui a souligné la fréquentation déjà importante de l’étroite rue Léon-Blum.

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Champignons : des razzias toujours aussi vénéneuses ?

Quand nos lactaires font des heureux… "Au départ, il n'y avait que 20 à 50 cueilleurs, aujourd'hui on en est à 400 ou 600 sur 25.000 ha".
Publié le 15/10/2018



Bloc-notes

USO

Publié le 05/10/2018

USO

Publié le 05/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales