Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Gevingey : le vent tourne-t-il pour les éoliennes ?

  • Bruno Guespin (à g.) et Jean-Yves Maya ont affronté seuls une salle déchaînée.
  • Bruno Guespin (à g.) et Jean-Yves Maya ont affronté seuls une salle déchaînée.
  • Huées, applaudissements et débats enflammés ont animé plus de 160 citoyens.
Face à l’opposition farouche d’un collectif, les élus avancent la faculté de se retirer du projet à tout moment et l’intérêt de « garder la main ».

Huées, interventions enflammées, coups de gueule : l’ambiance était électrique au caveau de Gevingey lors de la première soirée d’information sur le projet éolien, le 29 août. Face à plus de 160 opposants chauffés à blanc, venus de Gevingey et des communes alentours (mais aussi de beaucoup plus loin : Saint-Amour, Mont-sous-Vaudrey, etc.), seuls 2 élus de Gevingey –dont les opposants eux-mêmes ont reconnu le courage- étaient présents : Bruno Guespin, 3e adjoint au maire et Jean-Yves Maya, conseiller municipal. Le maire Christophe Nouzé –par ailleurs directeur de l’Ajena (association en énergie et environnement)- s’était excusé au motif d’une « d’une mission professionnelle qui le met en relation avec des développeurs d'énergie renouvelables ». Bruno Guespin a regretté « qu’un vent de panique se soit emparé de tout le village » avant toute discussion. Déplorant un « procès d’intention », il a rappelé qu’ « aucun élu ne tirait un bénéfice personnel » de l’opération, et que « la commune ne mettrait aucune somme dans les études préliminaires ». Il a également fixé l’ordre du jour : « opérer une démarche active pour garder les manettes sur le projet » (sous-entendu, éviter que le projet ne migre vers des terrains privés, et non communaux).

« On nous prend pour des jambons ! »

Pour ce faire, il a proposé aux présents de « recueillir leurs questions pour fixer un cahier des charges au développeur » sur quatre thématiques : l’environnement, la santé, le marché de l’immobilier, les retombées financières. Et des questions, il en est tombé une avalanche, majoritairement hostiles au projet qui prévoit l’installation de 3 éoliennes d’une puissance de 3 MW chacune sur un secteur non défini (Sur la Côte ? Montorient ? La Muhans ?) : « Est-on prêt à dynamiter le potentiel touristique du sud Revermont ? Quel est le prix de nos vies ? » se sont exclamés des habitants de Geruge ou d’ailleurs, craignant aussi une dévalorisation de leurs biens immobiliers. Autre problème : « Où passez-vous pour monter ces éoliennes ? Combien de forêts faudra-t-il détruire pour construire des pistes ? ». Autre inquiétude à propos du déroulé de la procédure : « On nous prend pour des jambons ! Aucun promoteur n’investit 800.000 € dans des études préalables pour abandonner ensuite ». Pointant du doigt l’exemple de Chamole, où un projet de 12 éoliennes s’ajouterait aux 6 existantes, un opposant s’est écrié : « Les éoliennes, c’est comme une épidémie : quand vous en avez 3 ou 4, vous pouvez en avoir 10 ou 20 plus tard ». Les opposants très organisés et très actifs au sein du collectif « Eoliennes du Jura » ont menacé les élus : « Savez-vous à quel tsunami (et à quels procès) vous vous exposez demain ? ».

Le Scot, juge de paix ?

 Bruno Guespin a rappelé pour conclure « qu’aucun permis de construire ne serait déposé sans avis de la population ». Comme garantie supplémentaire, il a proposé de soumettre une clause au développeur Vent d’Oc : « la faculté d’abandonner le projet sans frais si le conseil municipal y est défavorable ». Un courrier adressé le 2 août par Ecla (Espace communautaire Lons Agglomération) à propos de la révision du SCOt (Schéma de COhérence Territorial) aux maires pourrait réduire l’implantation d’éoliennes (si tant est que Gevingey fasse partie de la zone visée) : « L’une des propositions d’orientation relative au volet « mix énergétique » exclut l’implantation des éoliennes des pôles touristiques». Autre inconnue : la présence de chiroptères dans les grottes de Gravelle qui « pourrait trancher, l’espèce étant l’une des plus protégée » selon Jean-Claude Gelis, ancien maire de Gevingey.

Stéphane  Hovaere


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales