Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Ideklic : Choc artistique et expérimentation

  • IDEKLIC un festival populaire et tous terrains
  • IDEKLIC un festival populaire et tous terrains
  • Des arabesques d'ombres et d'acrobaties face au Mont Robert.
  • Des bénévoles et une organisation impeccables!
Un Festival International Jeune Public innovant.

Idéklic dont nous venons de vivre la 29ème édition, est le Festival International pour l’Enfance et la Jeunesse de Moirans-en-Montagne depuis 1990. Chaque année  plus de 20.000 festivaliers issus des départements limitrophes et d’ailleurs se rendent dans la capitale du jouet pour profiter de cette fête particulièrement orientée vers les enfants, et organisée par bon nombre de bénévoles. Sylvie Martin-Lahmani la nouvelle directrice artistique du festival depuis cette année a voulu dans sa programmation tout d’abord élargir la tranche d’âge en allant des tous petits de 6 mois  à l’adolescence dans une approche tout public. Pour cette bourguignonne de naissance et professeure en «Etudes Théâtrales» à La Sorbonne de Paris, deux axes sont à développer, tout d’abord ce spectre plus large de visiteurs et ensuite une approche qualitative spécialement tournée vers l’adéquation entre un lieu et une attraction. Le spectacle permanant se déroule dans bons nombres d’espaces différents fermés ou ouverts permettant une déambulation des visiteurs très intéressante. En effet 56 spectacles ou animations ont été proposés durant les 4 jours du mardi 10 juillet au vendredi 13 à déguster en famille.

 

 

 

23 compagnies différentes

Idéklic a permis ainsi au nombreux public présent sous un soleil éblouissant de voir évoluer, 23 compagnies différentes de renommée locale à mondiale. Cependant les ados, soit la tranche d’âge supérieure des plus jeunes spectateurs est sûrement la plus représentée. Le festival d’ailleurs s’est fait un malin plaisir de leur proposer des «parcours dédiés spectacles et ateliers». Néanmoins toutes les générations ont pu se retrouver du fait  de cette grande diversité, dans un festival éclectique donc, mais aussi électrique, poétique et transdisciplinaire.  En effet la fréquentation des représentations était caractérisée par la présence de nombreuses têtes blondes, mais aussi par beaucoup de têtes plus ou moins grisonnantes. C’est évidemment une volonté et une vigilance affichées du festival de garder aussi des spectacles intergénérationnels, dont la qualité des intervenants était aussi une autre des priorités. Notons des lieux de diffusion atypiques, comme l’Eglise du village, Le Champ Mathieu, la Salle La Vache qui Rue, l’EPHAD, la Halle des Sports, la falaise du Mont Robert, le Groupe Scolaire Roger Millet, la Cité Scolaire Pierre Vernotte, Le Ciné-Théâtre, L’amphithéâtre de plein air, le Musée du jouet, et la rue…Une édition 2018 tous azimuts…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Champignons : des razzias toujours aussi vénéneuses ?

Quand nos lactaires font des heureux… "Au départ, il n'y avait que 20 à 50 cueilleurs, aujourd'hui on en est à 400 ou 600 sur 25.000 ha".
Publié le 15/10/2018



Bloc-notes

USO

Publié le 05/10/2018

USO

Publié le 05/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales