Hebdo 39 Lons-le-Saunier

Macron élu, et maintenant ?


  • Gabriel Amard (France insoumise).
  • Nelly Faton (Parti Communiste).
  • Jean-Louis Millet (DVD).
  • Marc-Henri Duvernet (Parti Socialiste).
  • Jean-Marie Sermier (Les Républicains).
  • Eric Silvestre (Front National).
  • Philippe Antoine (En Marche !).
  • Bernard Breniaux (Debout la France).
Projections et perspectives du nouveau paysage politique qui semble se dessiner...


Marc-Henri Duvernet (Parti Socialiste) :

Nous saluons la victoire d'Emmanuel Macron et du Front Républicain.
Désormais, pour nous, l'objectif est clair : faire élire en juin prochain un maximum de députés de Gauche afin de répondre aux urgences de redistribution des richesses, de changement climatique et de nouvelle démocratie.
La défense des services de proximité dans nos villages et l’investissement public en ruralité sont des priorités. Plus aucun Français ne doit se sentir abandonné. Plus aucun territoire ne doit être oublié.
Dans le Jura, nous travaillons actuellement avec nos partenaires pour concrétiser ces objectifs grâce à des candidatures d'Union de la Gauche aux élections législatives.

Philippe Antoine (En Marche !) :
Nous sommes évidemment satisfait qu'Emmanuel Macron ait remporté l'élection présidentielle. Cette large victoire, obtenue avec une majorité des deux tiers des suffrages exprimés, ouvre la voie à la recomposition du paysage politique. Il y en avait besoin...
Cap maintenant sur les élections législatives, avec dans le Jura, des négociations qui ont trainé en longueur depuis le milieu de la semaine dernière, notamment concernant les accords nationaux passés avec le MoDem.
Et puis, dès lundi dernier, de nouvelles candidatures sont apparues... dont certaines semblent pertinentes.
Pour l'emporter, il nous faudra conjuguer l'équation personnelle du candidat et la dynamique nationale sur laquelle nous surfons.
Bien sûr, certaines circonscriptions m'apparaissent plus prenables que d'autres. C'est pourquoi nous visons d'en remporter au moins une, voire peut-être deux...


Nelly Faton (Parti Communiste) :

Le PCF avait appelé à lui faire un barrage net, et sans ambiguïté. Pour autant, notre pays, notre département vivent des heures graves.
C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite que nous sommes plus que jamais décidés à combattre. C’est aussi le résultat de décennies d’alternances politiques défavorables aux intérêts populaires.
Maintenant il faut construire la victoire d’un vrai changement de politique qui libère la France de la tutelle des marchés financiers. Ce choix politique de progrès, ce n’est pas Emmanuel Macon.
Son projet, très néo-libéral et porteur de graves régressions sociales et démocratiques, est minoritaire dans le pays. Ce qui reste à l’ordre du jour, c’est la construction d’une alternative de transformation sociale, écologique et démocratique à sa politique.


Jean-Marie Sermier (Les Républicains) :

L’élection présidentielle de 2017 a été hors-norme. Emmanuel Macron en sort vainqueur et je lui adresse des félicitations républicaines.
C’est un nouveau visage en politique, ce qui peut avoir un côté séduisant. Sa volonté de dépasser les clivages traditionnels est intéressante. C’est finalement ce que nous faisons depuis longtemps dans nos communes !
Pour autant, le projet d’Emmanuel Macron reste flou. Il est quasi muet sur la ruralité. C’est normal, le nouveau Président est un urbain !
En tant que Député, je me battrai, avec mes valeurs, celles de la droite et du centre, pour que la revitalisation de nos campagnes soit l’une de grandes priorités du prochain quinquennat.



Bernard Breniaux (Debout la France) :
L’élection d'Emmanuel Macron signifie la continuité des politiques successives : poursuite d’un ultra-libéralisme en vue d’entrer dans une mondialisation qui efface les Etats aux fins de permettre une politique du moins-disant qui induit délocalisations et donc fermetures d’entreprises dans les pays où salaires et protections sociales sont les plus élevés.
Avec pour conséquences, le développement du chômage et le déséquilibre des régimes sociaux.
Mais qui paiera ? Les retraités par une majoration de la CSG !
Ce choix stratégique illustre bien à lui-seul le choix de société de notre président, entre l’argent et l’Homme...

Eric Silvestre (Front National) :

Les Jurassiens comme les Français ont fait le choix de la continuité en portant à l’Elysée Emmanuel Macron, pur produit du hollandisme.

Le Front National obtient un nouveau record de voix avec 10,6 millions d’électeurs ; jamais notre mouvement n’a obtenu autant de votes d’adhésion !
En éliminant au premier tour les vieux partis, nous sommes devenus la première force d’opposition...
Les autres forces politiques qui ont appelé à voter Macron dès le soir du premier tour se sont elles-mêmes discréditées et n’ont aucune légitimité pour organiser l’opposition face à la politique désastreuse que va mener Macron. Nous sommes le pilier de la recomposition de la vie politique française. Un nouveau clivage est né : patriotes contre mondialistes.

Jean-Louis Millet (DVD) :

Avec cette Présidentielle c’est l’avènement du socialisme capitaliste. On en prend pour cinq ans de politique Hollandiste, en pire.

Localement le risque de disparition de l’hôpital de Saint-Claude s’accentue, si l’on en juge par le programme Macron. Un courrier est déjà parti lui demandant de revoir les préconisations désastreuses de l’ARS et lui proposant de venir se rendre compte sur place de notre situation.

Pour les législatives, il est impératif de faire l’union des droites et des patriotes sans exclusive. Il faudra écouter les électeurs de Marine Le Pen et ceux qui ont refusé de se prononcer, sauf à mépriser ces 27 millions d’électeurs, dont l’attitude est la réponse à la surdité de nos dirigeants...


Gabriel Amard (France insoumise) :
L'élection du President de la République n'a rien réglé des urgences sociales, démocratiques et écologiques de notre temps. Nous nous sommes débarrassés de Marine Le Pen en faisant appel à l'intelligence des électeurs. Voilà une bonne chose de faite.

Maintenant la France insoumise soutenue par Jean-Luc Melenchon invite tous les humanistes, les féministes et les écologistes à se mobiliser pour fédérer le Peuple dans les urnes afin de mettre en place une majorité parlementaire. La règle verte , La Constituante , le partage des richesses et la Paix sont à portée de main des Francais et des françaises. Restons mobilisés !




Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales